Hospitalité - OL- GS Carisma

Aller au contenu

Menu principal :

Thèmes
 
 





Des dictionnaires définissent l’hospitalité comme la vertu qui s’exerce auprès des pèlerins, des nécessiteux, des déshérités, en les recueillant et leur prêtant l’assistance dont ils ont besoin
ou bien comme un bon accueil donné aux étrangers ou aux visiteurs. Nous croyons cependant que l’hospitalité va au-delà de ça. C’est une action continue d’ouverture du cœur; c’est être disposé à recevoir qui se présente ou même à aller au-devant de lui. Nous pouvons méditer ceci à travers le personnage d’Abraham lorsqu’il reçoit la visite des trois envoyés de Yahvé (Gn 18,2-5). Le texte dit qu’il est allé immédiatement à l’entrée de la tente  pour les accueillir et qu’il leur a dit: «Seigneur, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe pas, je te prie, loin de ton serviteur sans t’arrêter. Permettez qu'on apporte un peu d'eau, vous  vous laverez les pieds et vous vous étendrez sous l’arbre (...) car c'est bien pour cela que vous êtes passés près de votre serviteur.»

Être disposé à recevoir les autres est une action qui nécessite la totalité de la personne qui accueille, la totalité de son corps, de ses expressions et de ses gestes, ainsi que son esprit pour élargir ses pensées et recevoir l’hôte dans le cadre de sa maison, comme un membre de sa famille et de sa propre vie. Cependant, c’est le cœur qui fait que ces salutations et ces gestes d’inclusion sont formulés.

Dans sa théologie du cœur, Saint Jean Eudes, le décrit comme un lieu où l’on accueille. Ainsi, il fait l’éloge du cœur de Marie qui se fit une demeure "fleurie" pour recevoir Jésus,
permettant ainsi à son fils d’être tout en elle. Dans son livre "Vie et Royaume de Jésus", Jean Eudes insiste pour que nous accueillions, formions et faisions vivre Jésus à l’intérieur de nous.

Lorsque tu reçois quelqu’un, comment le fais-tu? Comment l’ exprime-tu?

Te permets-tu d’accueillir  avec le cœur?

Que t’inspire l’attitude d’Abraham?

Dans le monde, nombreuses/eux sont les femmes et les hommes qui ont une extraordinaire expérience de l’hospitalité et de l’accueil. Peut-être en avez-tu connus, ou peut-être as-tu été l’un d’autres eux.

Dans la vie quotidienne, les femmes enceintes sont un bel exemple d’accueil spontané et naturel. Il y a aussi l’expérience de milliers de femmes qui sont enceintes dans des circonstances violentes et douloureuses, que nous respectons. Mais au-delà de ces expériences, une grossesse est un beau témoignage de transformation intérieure pour accueillir un enfant dans un ventre où il pourra grandir, dans un espace ouvert et chaleureux.  Lorsqu’un bébé n’est pas bienvenu, ceci peut altérer gravement son développement. Cependant, lorsqu’il est attendu, cette expérience permet de développer l’intégrité de son être. Le cœur, les pensées s’ouvrent alors à une nouvelle façon d’être de s’exprimer.

L’hospitalité est au cœur de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il y a une grande diversité de textes qui nous le révèlent.  Dieu hospitalier a sa manière de nous recevoir. "Le passereau même trouve une demeure, et l'hirondelle un nid où elle pose ses petits" (Psaume 84,4). Toute la création est l’espace que Dieu créateur a construit pour nous recevoir; c’est la maison qui nous contient tous, qui nous accueille et où nous pouvons nous sentir chez nous.

L’hospitalité implique une réciprocité et se caractérise par une bonté sincère partagée par ceux qui se rencontrent. Ce qui compte alors, c’est d’être ensemble dans la gratuité, de passer du temps ensemble, et plus encore, de s’engager dans une action cordiale et généreuse. Cela demande aussi une volonté d’être à l’écoute des besoins du monde pour reconnaître la préférence aux pauvres et aux étrangers, et de conserver une attitude ouverte, attentionnée, humble, aimable, disposée à rencontrer l’autre et à se laisser rencontrer.

Jésus est identifié comme étant celui qui reçoit et qui est reçu. Il nous permet de découvrir en lui, un homme qui est  un espace d’accueil constant: Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et ployez sous le fardeau  (Mt, 11, 28). Toute la terre est le temple où il prie son Père et tous ont accès à ce temple. (Luc 6, 12).  Mais Jésus est aussi un pèlerin, quelqu’un qui chemine et qui dépend de l’hospitalité des autres: "Le Fils de l'homme n'a pas où reposer la tête" (Mt 8, 20). Il est invité à manger (Lc 7,36), il est reçu dans les maisons (Luc 10,38), et il s’est aussi risqué à ne pas être accueilli (Marc 6, 1-4).

Jésus, dans ses prédications et ses actions d’accueil, nous communique la certitude que Dieu ne nous abandonnera jamais, qu’il nous donnera toujours refuge et protection, et ainsi, il nous prépare une demeure dans la maison de son Père, où il y a de la place pour tous. Si Dieu est dans toute sa création, alors tous le cosmos est sa maison et la nôtre. Cette terre appartient à tous. Mon espace est aussi l’espace de celui qui arrive.

Vivre l’hospitalité c’est être disposé à faire grandir notre cœur pour voir et inclure ceux qui sont loin, c’est faire de nous-même et du lieu où nous sommes un espace de tous et pour tous. Si nous nous reconnaissons capable de donner et de recevoir selon le modèle divin, nous rendons notre relation à Lui plus forte, et notre amour pour nous-même, nos cercles relationnels, notre sentiment d’appartenir à une communauté grandissent.

Ce qui marque le plus chez SME, c’est son attention envers les besoins des autres: Sœurs, jeunes filles, voisins, ouvriers de la maison, bienfaiteurs, personnes charitables, ecclésiastiques, étrangers… Citons seulement ce témoignage: "… La servante de Dieu me parlait souvent du Bon Dieu. Je n’aurai jamais fini de raconter tout le bien qu’elle m’a fait; je l’aimais comme une mère… elle était très bonne avec les travailleurs et les pauvres. Elle était très juste et lorsqu’elle payait, elle se montrait généreuse… Elle faisait toujours servir quelque chose aux personnes qui travaillaient pour la maison… Elle prenait des nouvelles de ma famille, de mes enfants…


Mais SME se faisait aussi accueillir: "Mme Kinet est pour nous un précieux trésor, c’est la meilleure des mères, et elle le sera aussi pour la belle fondation de Bruxelles. Il faut sans aucun doute que cette digne mère s’occupe de cette grande œuvre. Nous la supplions de faire le voyage et de voir tout par elle-même…"


Tu peux lire et prier : Ez 34, 11-16. Laisse-toi  accueillir par l’amour de Dieu. Que peux-tu entreprendre pour tisser des contacts humanisants, dire au monde, que Dieu est là, ici et maintenant, et qu’il l’écoute?






Si tu le desires, tu peux aller dans "Outils supplémentaires" pour y puiser: photos, videos etc... qui peuvent t’aider.



 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu