Fidélité Créative - OL- GS Carisma

Aller au contenu

Menu principal :

Thèmes
 
 





Dans la réflexion précédente nous avons parlé de Ste Catherine de Sienne qui disait: "Sois celui/celle que Dieu t’a appelé à être et tu seras capable de soulever des montagnes" et nous avons vu comment cela était en correspondance avec l’inter-action entre Jésus et la Samaritaine. Maintenant nous souhaitons nous rappeler dans la prière certains aspects du déploiement progressif de la fidélité créative dans les vies de Saint Jean Eudes et de Sainte Marie Euphrasie. En parallèle, observez votre cheminement personnel pour essayer de devenir la personne que vous êtes appelé à être.

Comme Saint Jean Eudes, Sainte Marie Euphrasie a dû persévérer pour obtenir l’autorisation de sa famille d’entrer dans la vie religieuse; Jean Eudes avec son père et Sainte Marie Euphrasie avec son beau-frère et tuteur. Plus tard, Jean Eudes a dû beaucoup insister auprès du Père Bérulle, le fondateur des Oratoriens, pour pouvoir suivre l’appel insistant qu’il avait de quitter Paris et d’aider les personnes victimes de la peste à Argentan. Il aida par la suite les victimes de la peste à Caen, où il vécut dans un grand tonneau pour ne pas contaminer les autres.

Saint Jean Eudes reçu la sensibilité particulière de pouvoir communiquer à des personnes de toutes les couches de la société le message de l’amour divin et miséricordieux. Il mit en avant le côté affectif de notre relation à Jésus et Marie. L’impulsion de Marie Euphrasie de se tourner définitivement vers un Dieu d’amour lui vint de son expérience au pensionnat de Tours, où elle avait souffert de se sentir rejetée. Elle fut alors convaincue de l’amour inconditionnel de Dieu à son égard. Cette conviction devint ensuite une fascination pour Jésus le Bon Pasteur et un engagement à partager son amour miséricordieux et sa tendresse avec les personnes blessées.

Jean Eudes et Marie Euphrasie ont été tous deux soutenus par de nombreux membres de leur communauté, de leur famille, leurs amis et bienfaiteurs, par ceux qu’ils ont aidés, par d’autres congrégations, des évêques, des cardinaux, des princes et des rois, et même par le Pape Grégoire XVI lorsqu’il accorda un Généralat au Bon Pasteur. Leur zèle s’est développé au fur et à mesure qu’ils ont été témoins de ce qui était devenu des miracles au-delà de leurs humbles attentes.  

Souviens-toi d’une personne ou d’une situation qui t’a a aidé à t’ épanouir et à "accomplir infiniment au-delà de ce que tu demandais ou concevais" (Eph 3, 20)

Qu’as-tu donné et qu’as-tu reçu?

La vie nous amène souvent des évènements inattendus. Alors qu’il avait une quarantaine d’années, Saint Jean Eudes arriva à un tournant: à travers sa grande expérience de la prédication, il fut alors convaincu du besoin de mieux former  le clergé. C’était à l’origine, un objectif des oratoriens, qui avait été négligé.  Cependant, le Père Bourgoing, supérieur de SJE, n’était pas favorable à son projet de fonder des séminaires. SJE a longtemps prié et réfléchi avant de prendre la décision difficile de quitter les Oratoriens. Il ouvrit un séminaire pour les postulants à la prêtrise à Caen en 1643 et fonda par la suite la Congrégation de Jésus et Marie. "Il dut prendre le risque de perdre l’amitié de ses frères à Caen, qui le voyait comme "un traître qui refusait d’obéir"
, l’estime de l’Oratoire, et "se lança dans une aventure pleine de dangers et d’insécurité".
 
Pour SME, quitter Tours pour Angers en 1831 comme supérieure de la communauté qu’elle avait fondée deux ans auparavant devait changer le cours de sa vie, et lui coûter beaucoup de sacrifices « à faire dans un jour et ceux qui le suivront ! (...) il a fallu quitter Dieu pour Dieu et se soumettre à toute justice. »
 Mais elle quitta sa communauté et ses amis parce qu’elle ne croyait pas que "la Volonté de Dieu soit qu’elle aille ailleurs qu'à Angers."

Lorsque plus tard Sainte Marie Euphrasie négocia l’établissement d’un Généralat (où les communautés ne seraient plus autonomes mais liées entres elles), certaines Sœurs de Notre Dame de Charité et l’archevêque de Tours écrivirent à l’évêque d’Angers pour se plaindre qu’elle commettait une sérieuse offense envers les constitutions. Ils laissèrent entendre qu’elle n’était pas fidèle aux souhaits originels de Saint Jean Eudes. Mais Sainte Marie Euphrasie insista sur le fait qu’elle avait à cœur de: "ne manquer en rien à aucun de ses engagements; nous y tenons et y tiendrons avec la grâce de Dieu."
Elle montre ici sa fidélité à l’esprit de Saint Jean Eudes et au cœur même de ses enseignements: "le zèle pour le salut des âmes". Le changement de structures initié par Sainte Marie Euphrasie avait pour dessein d’accroître la gloire de Dieu et non pas de montrer de "l’arrogance". Alors qu’elle réitérait ses intentions, elle se rendit compte que les autres la jugeaient comme ils voulaient bien la juger. Sainte Marie Euphrasie sentit qu’elle devait faire ce qu’elle pensait qui était bien pour elle.

La fidélité de Sainte Marie Euphrasie à vivre une vie dans l’esprit et le zèle pour le salut des âmes est mis en évidence à travers sa flexibilité et son désir de changer la structure qu’elle avait développée. Sur la recommandation du Saint-Siège, elle divisa la congrégation en provinces en juillet 1855 et établit des noviciats dans plusieurs pays. Bien qu’elle ait quelques inquiétudes à ce sujet, elle entreprit résolument de mettre en place cette structure.

Rappelle-toi des "tournants" significatifs dans ta vie.

Vers quelle nouvelle vie cela t’ a mené?

Rester fidèle à soi-même au milieu de l’opposition est une expérience particulièrement éprouvante. Sainte Marie Euphrasie était extrêmement fidèle à l’Eglise même si elle a beaucoup souffert dans sa relation avec l’évêque d’Angers, Mgr Angebault. Elle a tenté d’améliorer leur relation qui dura vingt-six ans. Pourtant il a contrecarré ses projets de différentes façons et parlait d’elle en mauvais termes aux membres de sa communauté. Malgré ses peines, Sainte Marie Euphrasie n’a jamais permis aux Sœurs de parler mal de lui.

Dans des situations de trahisons ou de calomnie, SJE était capable de garder son calme mais il se sentait parfois accablé : "J’ai souffert à cause de personnes qui m’étaient chères, mais qui pendant de longs mois, m’ont causé une profonde peine et une angoisse jamais éprouvée de toute ma vie".


Lorsque l’Abbé d’Aunay calomnia injustement Saint Jean Eudes, (lui reprochant treize hérésies dans sa relation avec Marie des Vallées), il refusa de se défendre en disant : "Parce que je ne peux trouver nulle part dans l’évangile que notre divin et adorable maître ait employé les mots mentionnés dans votre lettre, je suis incapable de faire autre chose que de rester silencieux à l’image de sa patience: "Jésus resta silencieux… et je prie Dieu de me pardonner et de pardonner ceux qui me persécute."
 

Comment la peine causée par l’incompréhension/la trahison/l’opposition t’ont-elles donné plus de force pour vivre en fidélité créative?

Nous te laissons une maxime de SME comme mantra de cette retraite: "Sois fidèle à toi-même en correspondant aux grâces nombreuses que Dieu te fait."
 





Si tu le desires, tu peux aller dans "Outils supplémentaires" pour y puiser: photos, videos etc... qui peuvent t’aider.



 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu