Audace d’Aimer - OL- GS Carisma

Aller au contenu

Menu principal :

Thèmes
 
 





Connais-tu l’histoire du saumon ? Je t’invite à la lire de façon plus approfondie, car c’est un bel exemple de détermination, d’audace, de grande force, de courage et de résistance.

Le saumon naît en rivière et reste en eaux douces tant qu’il est petit. Lorsqu’ arrive le temps de sa jeunesse, il descend jusqu’à la mer, où il vit et atteint sa maturité. A l’approche de la période de reproduction, il prend le chemin du retour, et retourne exactement au lieu où il est né, pour pondre.

C’est un voyage très dur. Il parcourt des centaines de kilomètres, rencontre de multiples difficultés, des rapides et des cascades. Il doit se libérer des plantes aquatiques qui tentent de le retenir, il lutte contre les tourbillons, les pierres, les arbres tombés et bien d’autres sortes d’obstacles. On dit que les saumons ne mangent plus rien à partir du moment où ils ont commencé à remonter le courant. Seul leur instinct leur donne la force de lutter contre le courant. Une fois arrivés au lieu où ils sont nés, les femelles y déposent leurs œufs et les mâles les fécondent. Epuisés, ils peuvent alors mourir: eux aussi ils ont été fécondés ainsi.

Cette histoire du saumon peut nous aider à comprendre la définition de l’AUDACE, donnée dans le dictionnaire: "intrépidité ou sagacité pour faire quelque chose de risqué" ou "courage de mettre en pratique quelque chose avec hardiesse, en faveur d’une grande cause ou d’un objectif.

Quel est l’objectif de ta vie, celui qui mérite que tu luttes contre le courant?

S’il était possible d’écrire l’histoire de Dieu, elle pourrait s’intituler : "histoire d’une audace infinie " ou encre, "l’audace d’aimer infiniment". Mais, n’est-ce pas ce que les Saintes Écritures nous disent du début à la fin ? « Dieu est amour» (1 Jean, 4,7-16), et par conséquent, il ne peut faire autre chose que "verser, étendre, répandre" son amour, comme s’il s’agissait d’un parfum. Et il le fait, sans mesure, à tout moment et en toute circonstance. L’amour est toujours le dernier mot de Dieu. Devant les infidélités continuelles de l’être humain, le Seigneur répond ainsi :

"(…) et moi, elle m'oubliait…. C'est pourquoi, moi je vais la séduire, la conduire au désert, et parler à son coeur; (…) Je ferai pour elle un pacte, en ce jour, avec les bêtes sauvages, avec les oiseaux du ciel, et les reptiles de la terre; je ferai disparaître du pays l'arc, l'épée et la guerre, et je les ferai reposer en sécurité (...) Je te fiancerai à moi pour toujours; je te fiancerai à moi pour toujours ; dans la justice et le droit, dans la tendresse et dans l’amour; je te fiancerai à moi dans la fidélité, et tu connaîtras Yahweh." (Osée, 2, 15 ;16 ;20-21).

"Le plus admirable que Dieu réalisa est ceci, former  Jésus dans le sein très pure de la Vierge" dirait Saint Jean Eudes.
Nous pourrions donc dire, que l’incarnation est le plus grand témoignage de l’audace de l’amour de Dieu: "Dieu a tellement aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais ait la vie éternelle." (Jean 3, 16).

Jésus s’est incarné et s’est révélé en prophète envoyé par l’Esprit Saint annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres et la libération aux opprimés. Pour les gens de cette époque et de maintenant, ce que Jésus disait était incompréhensible, presque une insulte: heureux sont ceux qui choisissent un mode de vie simple, ceux qui agissent sans égoïsme, ceux qui ne dominent pas, ceux qui respectent et défendent toutes vies dans l’univers, ceux qui sont persécutés… Le royaume des cieux est à eux. (Mt 5, 3-11). Ceci provoqua la méfiance des scribes, l’irritation des maîtres de la loi, et le rejet des dirigeants du temple, jusqu’à son exécution sur la croix.

Apôtres, prophètes, saints et martyres de tous temps, ont fait l’expérience de l’amour de Dieu, tel le feu qui s’enflamme, illumine et consume; ils se sont sentit poussés à imiter le Christ avec courage et hardiesse, en risquant tout, même leur vie. Nous connaissons tous aujourd’hui des personnes qui répondent audacieusement, parfois même en affrontant le danger, aux appels urgent de Dieu.  Cette urgence qui naît de son amour passionné.

Sainte Marie Euphrasie fut un de ces témoins: "Elle a suivi ses grands et nobles idéaux avec une grande constance. Rien ne l’en aurait détourné. Son courage grandissait même à mesure qu’elle rencontrait des obstacles sur sa route. Son esprit était rempli de grands projets et son cœur dévoré par la sainte ambition de faire le bien, qui consumait sa grande âme."
Il suffit de penser à quelques exemples: la construction du tunnel, les responsabilités qu’elle devait donner à des Soeurs très jeunes, la fondation de 110 maisons, l’envoi de Soeurs en mission avec peu de moyens et beaucoup d’incertitudes…

Quelle est l’histoire de tes "audaces"?

En quoi sont-elles semblables à celles de Dieu et de Jésus?

Que sens-tu de l’audace de Jean Eudes et de Marie euphrasie ?

As-tu senti qu’elles étaient et qu’elles sont fécondes?

Urs Hans. Von Balthasar, théologien renommé fait un commentaire, soulignant le manque d’audace reconnue dans l’Eglise : "A la fin du deuxième siècle, du givre est tombé sur l’esprit (prophétique) de l’Eglise, et il y est resté depuis".


Le pape Benoit XVI, avec l’espoir de retrouver le sentiment prophétique de Jésus, invita les croyants à "répandre l’évangile et témoigner de celui-ci en vainquant la peur et l’inertie, pour qu’ainsi ils puissent répondre de leur espérance à ceux qui le demandent, avec audace et sagesse" et cela, même dans des "circonstances difficiles et dangereuses". Il dit également que «la nouveauté dans l’annonce de l’Évangile ne fait pas référence à l’usage de "nouvelles méthodes ou techniques originales", mais d’imiter le Christ, en montrant l’exemple et en se laissant guider par l’Esprit Saint".
Le pape même, à travers sa démission, a donné un grand exemple de cette audace, de cette sagesse et de ce sentiment prophétique, sûr de « confier l’Église au Pasteur Suprême, Notre Seigneur Jésus Christ ».

Imprégné de toute la force de la foi, nous nous devons de nous risquer, comme le saumon qui remonte le fleuve et lutte contre le courant, jusqu’à des lieux où nous pourrons rendre la terre féconde. Risquer d’être, plus que faire, risquer de croire et d’espérer avec confiance, de veiller, d’écouter différentes voix, de sortir des cercles qui nous maintiennent endormis, risquer de vaincre les peurs qui nous paralysent, d’affronter les évènements avec sagesse, d’apprendre à cheminer dans l’obscurité, à perdre ses repères et à embrasser des gestes prophétiques…

"Soyons conscient du feu qui brûle en notre intérieur, un feu qui embrasse tous nos succès, nos erreurs, nos esperances, nos peurs, nos joies et nos angoisses. C’est l’Amour divin qui nous invite à avancer avec confiance et créativité dans notre futur que nous ne pouvons imaginer, le futur de notre planète et celui de tout l’Univers".


Quelle place occupe le courage, l’hardiesse, ce feu intérieur dans votre vie pour répondre à la noble cause d’étandre le royaume de Dieu?

As-tu découvert des peurs qui te freinent?

Sens-tu aujourd’hui le Seigneur te faire un appel urgent et audacieux? Que te dit-il? Que lui dis-tu?

Tu peux prier avec la première lettre de Saint Jean au chapitre 4.

Demandes au Seigneur, pour chacune d’entre nous, pour le groupe et pour la Congrégation, le feu de sa présence, le feu qui transforme, fait renaître, illumine et devient une force et un renouveau du présent et du futur.





Si tu le desires, tu peux aller dans "Outils supplémentaires" pour y puiser: photos, videos etc... qui peuvent t’aider.



 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu